Archives pour la catégorie Viandes

Terrine de pintade aux chanterelles et aux lentins des chênes (shii take)

Automnal

Il y a un truc avec moi c’est que j’adore faire la prof. Quand j’étais petite, mon frère et ma sœur me surnommaient même le « Schtroumpf à Lunettes », c’est vous dire si ce trait de mon caractère est discret …

Alors quand mon gastronome et oenophile ami Aldo m’a dit qu’il voulait apprendre à faire les terrines,  je n’ai pas laissé passer cette occasion de diffuser ma science et de permettre au monde de profiter de l’étendue de mon immense savoir. Et me voila donc, les mains dans la pintade, à pérorer sur l’équilibre entre le maigre et le gras et l’importance de l’assaisonnement – comme si je savais ça depuis ma naissance alors que j’ai tout pompé le mois dernier dans l’excellent Livre des Terrines et des Pâtés, dont au passage je vous recommande chaleureusement la poétique lecture.

Lire la suite

Terrine de canards colverts au foie gras et un consommé bien tourné.

Tout simplement merveilleux.

En plumant les canards l’autre jour, mon mari a eu cette réflexion :  « Et bien là, ce qui est sur, c’est que je ne pense plus au boulot« .

Tu m’étonnes !

En 2010, pour les citadins que nous sommes, recevoir et apprêter du gibier, c’est une petite aventure. C’est du boulot, c’est bestial, c’est sanglant, et pourtant… on approche de ce que la gastronomie a de plus raffiné :  la folie douce de passer trois jours en cuisine, juste pour une poignée d’instants gourmands partagés avec ceux qu’on aime.

Nous remercions donc chaleureusement notre talentueux chasseur Yves (et sa charmante épouse Catherine) de nous avoir fait le cadeau de trois magnifiques canards colverts, et pour leur faire honneur (aux canards), j’ai décidé de me lancer dans la confection d’une terrine de fête accompagnée d’un double consommé *. Lire la suite

Le plat super moche qu’il ne faut pas laisser passer : les tendrons de veau à l’aubergine.

Vilain petit canard.

Celui là c’est un de mes plats préférés mais que voulez-vous, il n’est franchement pas sortable. On a beau essayer de le mettre en valeur,  de présenter les aubergines dans une verrine : rien à faire. Il est moche. Pas beau du tout. Une masse informe.

Alors on le fréquente en secret, loin des regards. On ne le servirait pas dans le beau monde – pensez-vous : au coin, cache ta face, et en plus avec des aubergines !

Franchement ça fait pas rêver …

Et pourtant, c’est sans doute un des meilleurs plats mijotés que je connaisse. Il est tout simplement fondant, parfumé. Aussi délicat qu’il a l’air grossier. Et ce n’est pas compliqué à faire, il faut juste être patient, attendre que les aubergines deviennent moelleuses et s’imprègnent doucement du veau.

Un bonheur ! Si vous passez outre vos préjugés, promis vous ne le regretterez pas – en plus c’est même pas gras !

Mais je vous aurai prévenus hein ? C’est pas avec ça que vous passerez dans Elle à Table ! Lire la suite

Cuisine d’extrème orient : La Corée, c’est le nouveau Japon ! (et la recette du chapchae).

Nouilles de patates

Il y a un truc qui me réjouit à chaque fois dans les magazines de mode, ce sont les expressions comme Le doré c’est le nouveau blanc, ou Le short c’est la nouvelle mini-jupe. La gastronomie étant elle même soumise aux courants remuants d’effets de modes contradictoires, je me permets d’utiliser le même jargon, et je vous annonce ce scoop tout droit sorti de mon bureau personnel d’anticipation des tendances : La Corée, c’est le nouveau Japon.

Débarquée en trombe dans les années 90 avec ses sushis et mignons yakitoris, la sublime cuisine japonaise fait maintenant partie de notre paysage : pensez-vous, on parle même de nouilles udon en prime time sur TF1 et on trouve des edamame* chez Picard.

Mais voila, à force d’être galvaudée, la cuisine japonaise, c’est moins le grand frisson : si vous voulez épater votre joli(e) collègue au déjeuner, il va falloir trouver autre chose que le menu sashimi-saumon du coin.

Or, ça tombe bien,  il se trouve que les Coréens ont développé une gastronomie tranchante, riche et raffinée, qui nous reste à découvrir et qui n’a pas grand chose à envier à sa cousine japonaise. C’est une école de feu, de fraîcheur, de poissons et viandes, colorée, pimentée, joyeuse et inventive qui ne peut laisser insensible même le plus blasé des gastronomes.

Lire la suite

Aspic de Lapin – ou Lapin en gelée, c’est comme vous voulez.

Parfait pour un déjeuner sous la tonnelle.

La gelée il y a les fanas et les réfractaires – on aime ou on n’aime pas (du tout). Moi j’ai de la chance j’adore, et tout le monde vous le dira à la maison, quand il s’agit de hacher la gelée pour le foie gras à Noël je fais mon Bénito – faudrait voir à ne pas faire ça n’importe comment non plus !

Bref – tout ça pour dire qu’en ces jours de grande chaleur, je ne peux pas passer à côté de ce double plaisir que représente la viande froide en gelée. Et ce lapin vous fera un plat superbe, frais, économique, pour peu que vous lui donniez un peu de temps. Et oui on n’a rien sans rien ma brave dame …

Par ailleurs, j’ai utilisé pour cette recette une nouveauté dans mes placards : les huiles essentielles Délice et Sens. Ce n’est pas obligatoire mais franchement c’est chouette,  je vous explique tout en fin de billet.

Lire la suite

Le filet mignon de veau à la sauge et au jambon de parme : haute couture !

Collection printemps été 2010

Il y a des recettes comme ça, des évidences : on les fait une fois et on sait que ce n’est pas la dernière. On sait que tout le monde va aimer. On sait que ça va devenir un classique.

Parce que tout simplement c’est bon, c’est beau, ça rend heureux. Sans rire vous avez vu comme il est bien roulé le filet mignon, dans sa robe de couturier ?

Pour élaborer cette recette, c’est encore chez Mercotte que j’ai fait mes courses – franchement si un jour je gagne un centime avec ce blog, je pourrais lui verser une commission vu tout ce qu’elle m’a inspiré au cours de ces deux dernières années : ce sera pas du vol !

Lire la suite

Magret de canard froid au poivre sansho et au sésame, nouilles soba et poireaux grillés.

Magret Nippon

Tiens en regardant les photos je me dis d’ailleurs que ça fait un plateau TV sympa pour se consoler en regardant le foot – enfin je dis ça, vous en faites ce que vous voulez…

Ce qui est sur c’est que vous tenez là une très délicate recette sous influence franco-japonaise. Les nouilles Soba, ces nouilles de blé noir que l’on mange froides, apportent fraîcheur et caractère. L’amertume de leur sarrasin est contrebalancée par les poireaux caramélisés et la sauce au sésame et au soja.  Quant au magret de canard, finement tranché, il règne sur tout ce petit monde avec force et finesse.

Cette recette est extraite du charmant livre de Kaori Endo* Une Japonaise à Paris, que j’ai acheté par hasard la semaine dernière et que je vous recommande chaleureusement. Elle réussit le tour de force de proposer une cuisine simple, tout en restant précise et vraiment créative.  C’est un ouvrage parfait pour se familiariser avec la cuisine japonaise – mais il séduira aussi les plus expérimentés.

Lire la suite

Brochettes de poulet grillé, sauce poivre vert et ail noir d’Aomori.