Archives du mot-clé Alain Passard

Les surprenants canelloni de betterave blanche au navet et chou fleur d’Alain Passard + Paris Cocktail Festival

Hello les gloutons éveillés ! Aujourd’hui dans la petite cuisine, une recette qui ne fait pas trop rêver sur le papier. Ha ça c’est certain, même avec une partition signée Passard, la recette betterave-navet-chou fleur ne risque pas de me faire battre mon record d’audience.

Et bien, vous qui n’avez pas été rebutés par cette affiche pour le moins raplapla, vous ne le regretterez pas, car vous tenez ici une remarquable entrée, chic et tout, pour une poignée de centimes.

Soyons clair : on dit tous merci à Alain parce qu’avant lui, pas grand monde n’aurait osé miser deux kopecks sur un trio aussi peu sexy – sans compter qu’il n’y a rien pour accompagner les légumes : pas un bout de foie gras, de poisson, de poulet, pas un oeuf à l’horizon, rien, nib’, que dalle. Betterave, navet, chou fleur – et pis c’est tout.

La recette elle même est d’une austérité à faire peur, et si je n’avais pas une confiance aveugle dans le chef, je crois que je ne me serai jamais risquée sur ce chemin terreux à l’aspect peu engageant.

Lire la suite

Gaspacho tomates-figues et croûtons frottés à la sauge, sur une idée d’Alain Passard.

Hola  companeros ! Le saviez-vous : les tomates et les figues, si vous voulez en profiter, c’est pas demain : c’est aujourd’hui! Je me permets de vous le rappeler, car en ce qui me concerne, je me réveille souvent un peu en retard pour profiter des fruits et légumes (du genre à chercher des morilles fraîches au mois de juin) – donc les enfants, ne faites pas comme maman : profitez tant qu’il est temps !

Et justement, paf, voila qu’on vous prépare une recette pile poil bien dans la saisonune très chouette idée de recette d’Alain Passard : un gaspacho tomates-figues fraîches*.

Lire la suite

L’Arpège : Alain Passard au sommet du monde.

Spectaculaire et unique

En franchissant la porte de L’Arpège jeudi dernier, je savais que j’allais vivre un moment d’exception.

Nous avions le privilège de participer à l’un des déjeuners de vignerons organisé par notre ami Jean Emmanuel, grand dégustateur et importateur de vins, et par Gaylord Robert, le talentueux sommelier du triple étoilé de la rue de Varenne.

J’étais donc dans mes petits souliers, d’autant plus que je serrais fébrilement dans mes bras  un objet d’une valeur inestimable : une bouteille de Château d’Yquem 1939 que nous avions choisi d’apporter pour cet évènement*.

Bref, des circonstances exceptionnelles pour ce premier contact avec la cuisine d’Alain Passard, dont le style épuré et végétal fait l’admiration des gastronomes du monde entier.

Et justement, à ce propos, je dois avouer que je redoutais une cuisine un peu prétentieuse : le genre betteraves qui vous regardent de haut, fanes de carottes qui se haussent du col, et tranche de cèleri qui fait sa pimbêche…
Lire la suite