Archives du mot-clé Adresse

Un vrai bon brunch à Paris, ça existe encore et c’est au 404 !

Hautement recommandable

… et ça c’est quand même une petite nouvelle ! Car du côté du brunch, c’est malheureux à dire mais les propositions Parisiennes sont souvent médiocres – parfois même honteuses. On finit par aimer d’avantage l’idée du brunch que le brunch lui même.

En général,* ce n’est tout simplement pas bon – c’est le royaume de l’effort minimum.

Le Tropicana semble dispenser tout le monde de presser une orange, le saumon fumé a la déprime flasque sur son lit de mâche en sachet, quant aux œufs brouillés, ils ont rendu l’âme à force de se dessécher au micro ondes.
Certaines adresses y vont pourtant de leur petite originalité, chez l’un ce sera le buffet « ethnique », chez l’autre le menu « bobio » – et on en profite au passage pour faire grimper l’addition.

Et nous dans l’histoire, et NOUS ? Lire la suite

La soupe du Vendredi – la bombe vietnamo-thaïlandaise de la rue au Maire.

It's Friday, I'm in love !

« Dans le  13ème arrondissement, maintenant ils font tous du Phô – j’te jure, tu te promènes dans les Olympiades, tu te croirais à Saïgon« …  Ainsi s’exprime le minuscule et pétillant patron du « Bon Phô« , un restaurant Vietnamien/Thaïlandais situé rue au Maire, en plein épicentre du Marais Chinois.

Ouvert il y a un an à peine, il se fait lentement sa réputation de bonne cantine asiatique, dans un coin où la concurrence est pourtant rude. Il faut dire qu’en matière de Phô ici on sait de quoi on parle, et la qualité de sa soupe dépassant même celle de la rue Volta (la star du coin), le bien nommé « Bon Phô » trouve petit à petit sa clientèle … Lire la suite

Bras : impression Aubrac

Sommet du monde

C’est peut être bien la perfection dont nous nous sommes approchés en cette belle soirée d’Avril, sur le toit de l’Aubrac, alors que nous prenions place à l’avant du vaisseau amiral de la famille Bras, suspendus au dessus de la nature et des fleurs sauvages, prêts à décoller.

L’attente est énorme : la déception pourrait-elle être au rendez vous ? On a tant parlé de Bras, de son gargouillou de légumes, de son amour de la nature, de son génie, de son coulant au chocolat – que va-t il nous en rester ?

Je vous rassure : que du bon.

Aujourd’hui, une semaine après, nous sommes encore émus par cette succession implacable de moments d’exceptions. Lire la suite

Shopping gourmand à Paris : Thés, épices, et bouillon pour le portefeuille.

Emplettes

Avec Paris ce qu’il y a de chouette c’est que dès qu’il fait beau, c’est facile de se sentir en vacances. Voila pourquoi Samedi dernier, au lieu de ranger mes placards, je me suis sentie l’âme printanière et je suis partie me ballader. Résultat : suis rentrée chargée comme un baudet, ça ne s’est pas arrangé pour les sus-cités placards.

Cela dit, j’ai trouvé en route deux adresses dont j’ai eu envie de vous parler : les Établissements Lion (Jardinerie-épicerie à Abesses) ;et la nouvelle boutique des thés Kusmi de la rue des Rosiers. Lire la suite

Huitres chic et oursins choc chez Régis.

Chez Régis

« Moi, je n’achète mes huitres que chez Régis » me raconte ma copine Alex l’autre jour.

Régis qui ? Connais pas Régis moi. Mais quand les gens qui habitent gare de l’Est vont acheter leurs huitres dans le 6ème arrondissement, c’est forcément qu’elles doivent valoir le détour. Une telle infraction à la loi des rives mérite toute mon attention*.

En plus le dénommé Régis n’est même pas poissonnier, sa boutique est juste une « huitrerie ». Et le lieu n’est d’ailleurs pas plus grand qu’un mouchoir de poche : un comptoir, quatre tables – mais une belle atmosphère …
Lire la suite

Les Bouchons Lyonnais, la Tete de Lard, et la fièvre du Samedi Soir.

Bouchon bien roulé

Manger dans un bouchon, ce n’est pas tout à fait comme aller au restaurant. C’est un peu comme faire partie d’un club, celui des gens qui se lèveraient la nuit pour un foie de veau, une andouillette, un tablier de sapeur. Ceux qui ne pincent pas le nez devant les rognons et les ris de veau. Ceux qui savent laisser leur balance à calories dehors, le temps d’une parenthèse saucissonesque.

Les princes de la tripe, les rois du gras double.

C’est un acte militant, farouchement engagé, mais surtout, il faut bien le dire : c’est régalant !

… et me voila donc avec le dossier Lyonnais du dernier magazine « Saveurs » en main …

A la lecture de l’article, mon choix s’était porté sur Daniel et Denise, dont Monsieur Bocuse raconte qu’il s’y trouve le meilleur pâté de ris de veau de Lyon – c’est à dire du monde. Me voila frétillante au téléphone : « Une table pour deux samedi soir ? ».

Et là je me fais faucher en plein vol : « Nous sommes fermés tous les week-ends« … Lire la suite

Restaurant : la meilleure surprise de l’année – un titre autoproclamé dans la Plus petite cuisine du monde.

And the winner is ...

Résonnez carillons, chantez trompettes et flonflons, déjà 10 ans après l’an 2000 ça se fête et yoh oh oh et une bouteille de rhum !!

Bon, à part ça , encore une année qui s’achève, c’est l’heure des bilans tout ça, et comme vous passez par ici j’ai la prétention de croire que mon opinion vous intéresse : ça tombe bien, j’adore donner mon avis – je me suis donc dit que ce serait l’occasion de vous raconter ce qui fut sans doute la plus grosse surprise de la Petite Cuisine en matière de restaurant cette année.

De quoi s’agit il donc ? Lire la suite

Foody’s rue Montorgueil : oui ! Voila un bar à salades !

foodys_bar

Testé et approuvé

ATTENTION : Foody’s a malheureusement fermé ses portes cet hiver – et c’est bien dommage !

Sur le principe, l’apparition récente de nombre de bars à soupes et à salades est une bonne nouvelle. Mais quand on rentre dans le détail de l’offre … las, c’est souvent la misère. Recettes tristes à pleurer, salades sentant le sachet chloré, quantités microscopiques (c’est pas parce qu’on aime la salade qu’on est anorexique), vinaigrettes niveau cantoche, fromages blancs au prix d’un gâteau Lenôtre …  ne sont que quelques exemples. J’ai même vu, rue de Paradis, le patron d’un bar à salade assez prétentieux acheter sa soupe de carotte chez Leader Price le matin avant de la vendre comme un produit de luxe au déjeuner.

Heureusement, il existe encore des gens qui ont envie de bien faire leur métier, même dans un coin aussi touristique que la rue Montorgueil. Comme quoi il n’y a pas de fatalité !

Lire la suite