Archives du mot-clé Saint Jacques

Coquilles Saint Jacques au beurre de kimchi, et « namuls » franco-coréens

Coquilles saint-jacques au beurre de kimchiBien le bonjour à vous, magnifiques lecteurs éveillés que la blogosphère nous envie, aujourd’hui je suis toute frétillante je dois le dire, car je m’en vais vous présenter la recette avec laquelle je participe au concours organisé par la Korean Food Foundation, et dont le premier prix est (attention on respire) : un voyage à Séoul (nan? si!).

C’est à la suite de la journée passée chez Pierre Sang (et dont je vous avais parlé ) que ce concours a été organisé, et c’est peu dire que ce fut un plaisir d’y participer : comme vous le savez sans doute si vous êtes un de nos lecteurs réguliers : j’adore la cuisine coréenne depuis un paquet de temps.

Le principe du concours est de créer une recette d’inspiration coréenne, laquelle sera ensuite soumise au jugement d’un jurry d’experts.

Afin de trouver mon idée de départ, j’ai commencé par me plonger avec délices dans la formidable lecture du livre remis lors de l’évènement (« Histoires savoureuses autour de la cuisine Coréenne« , édité par la Korean Food Foundation), lequel décrit de façon passionnante les plats les plus emblématiques de la cuisine coréenne, ce fut la base de mon inspiration.

Lire la suite

Coquilles Saint Jacques farcies au pesto et à la mozza, une recette japonaise (si si).

Saint Jacques farciesL’autre jour, j’étais à la maison de la culture du Japon en compagnie de l’adorable Stéphanie, lorsqu’elle me recommande le livre de cuisine de Harumi Kurihara. Un livre simple mais précis, avec de nombreuses recettes appétissantes, je l’ai embarqué illico, bonne pioche.

Je le lis plus en détails en rentrant à la maison, et là, entre les conseils sur la cuisson du riz ou la préparation du bouillon dashi, un  truc incongru me saute aux yeux : des Saint Jacques farcies à la mozza.

Je vais être honnête avec vous, snob comme je suis, j’aurais sans aucun doute complètement méprisé cette recette si je l’avais vue à la carte d’un restaurant Costes ou du Tokyo Eat, mais le fait de la trouver au beau milieu de ce livre de cuisine japonaise, ça m’en a bouché un coin.

Je n’y ai donc pas vu un objet grotesque et maladroitement fusion, mais une approche excentrique et ultra-gourmande qui m’a immédiatement intéressée – comme quoi les préjugés…

Lire la suite