Thaïlande, Bangkok Part 3 : Or Tor Kor market

Ortorkor market Bangkok

Il va sans dire que la question de ce que nous allions rapporter comme denrées à Paris fut au centre de notre programme chargé à Bangkok. Au final, nous n’y restions que deux jours et demi, alors entre les visites culturelles, les massages (une fois par jour, obligé !) et les séances à la pistache de Charlotte (pas dégueu), nous n’avions qu’une matinée à consacrer à notre shopping gourmand.

Deux options s’offraient à nous :

  • Soit faire nos courses dans l’un des immenses « Gourmet Hall » des centres commerciaux – mais j’avais peur de n’y trouver que des trucs de farangs*
  • Soit aller dans un marché – mais je ne savais pas si l’on pourrait trouver autre chose que de l’ultrafrais, et nous avions peur ensuite pour le transport.

C’est (une fois de plus) en passant un moment sur le blog She simmers que j’ai trouvé la solution : Or Tor Kor Market. Situé au Nord de la ville, en face du très célèbre Chatuchak week-end market**, Or Tor Kor est parait-il surnommé le « Rungis de Bangkok ».

ortorkor-entreeortorkor-vuegenerale

Si je dois dire que la comparaison avec Rungis n’est pas tout à fait pertinente dans la mesure où Or Tor Kor est de taille plus modeste et n’est pas réservé aux professionnels, elle vaut par contre pour l’excellence des produits. Les commerçants sont de plus extrêmement bien équipés pour l’emballage, et sauront vous préparer vos emplettes pour le vol retour sur Paris, c’est un gros avantage.

Nous voila donc partis de bon matin, mon chéri, ma Charlotte et moi, direction Or Tor Kor market, et je dois dire que je ne savais pas trop à quoi m’attendre.

Le marché, couvert, est grand, propre, bien organisé, et c’est une véritable caverne d’Ali Baba pour tout gourmand qui se respecte.

Nous commençons par les poissonneries. Les étals sont ultra-frais, les poissons rutilants. Il y a notamment beaucoup de crustacés, dont certaines crevettes à longues pattes qui ont beaucoup impressionné mon chéri.**

ortorkor-poissons

ortorkor-crevettes

Je regrette amèrement de ne pas avoir eu l’occasion de cuisiner ces trésors, mais pas le temps de chouiner, nous arrivons du côté des poissons séchés et des préparations culinaires. Les commerçants proposent des dizaines de calamars, queues de poissons, arrêtes, le tout séché et souvent très épicé. Il y a des snacks à grignoter, comme des petits anchois assaisonnés, ou des crevettes grillées à l’aigre douce. 

ortorkor-poissonsseches

D’autres denrées serviront plutôt à cuisiner, comme les crevettes séchées indispensables à la réalisation de la salade de papaye verte.

ortorkor-crevettessechees

On trouve également sur ces stands différentes pâtes de currys semi-fraîches (en format poche plastique, très pratique), bien plus goûteuses et parfumées que les conserves que nous trouvons en France (je regrette d’ailleurs de ne pas en avoir pris dix fois plus). Egalement sur ces stands, je trouve de la pâte de crevettes (kapi) maison. Cette pâte est un indispensable de la cuisine Thaï, on la retrouve dans de très nombreuses recettes, je vous conseille d’en prendre, ça ne coûte pas bien cher et ça se conserve des mois (par contre, faites pas comme mamie, ne le gardez pas dans votre sac à main car ça passera pas dans l’avion ****) .

ortorkor-epices

Dans cette zone du marché, nous avons passé un bon moment chez Prik Thai Chan (corner 4/48-49-51) que je vous recommande. La dame parlait un peu anglais, était charmante et nous a tout emballé de façon formidable. Je lui ai également pris des pâtes pour faire le Khao Soi – par contre, petit déception : j’espérais trouver du Nam Pla artisanal, pas vu, ni chez elle ni ailleurs.

En nous dirigeant vers les stands de fruits, nous passons devant un jeune homme qui prépare crème et lait de coco.

ortorkor-coco-rapeeIl passe les noix de coco dans une machine qui les râpe. Il récupère les copeaux obtenus et les met dans une presse mécanique. Le jus qui sort est la crème de coco. Il rajoute ensuite de l’eau dans les restes solides de la noix de coco, et repasse le tout à la presse, ce qui sort sera le lait de coco.

ortorkor-coco-pressee

La différence de parfum et de texture entre les conserves et les extraits frais de coco est tout simplement gigantesque, je me prépare donc à rapporter un litre de crème de coco fraîche à Paris – mais le jeune vendeur d’échalotes du stand d’à côté qui parle un petit peu anglais réussit à nous faire comprendre que ce sont des produits qu’il faudra consommer le jour même. Dommage (et je regrette encore une fois de ne pas avoir l’occasion de cuisiner sur place).

Nous passons aux stands de fruits, tout est bien rangé, joliment présenté.

ortorkor-fruits

ortorkor-wawaLe choix est large entre les goyaves, les petites oranges un peu amères que l’on trouve dans cette région du monde, les ramboutans, le Durian puant, et, bien sur, leurs majestés  les mangues parfumées de toutes sortes,.

ortorkor-mangues

Nous arrivons ensuite dans une zone consacrée aux préparations transformées : le choix est délirant.

Je retrouve avec joie le Prik à l’aubergine dégusté à Chiang Mai au milieu de diverses pâtes de piment parfumées.

ortorkor-prik

Plusieurs stands vendent de la saucisse de Chiang Mai dont le succès se vérifie ici aussi.

ortorkor-saucisse

Nous repérons un étal où sont exposés crabes et crustacés fraîchement cuits, déjà préparés : un peu comme si au marché du coin on vous faisait précuire vos araignées et vos tourteaux et on vous les préparait, sympa non ?

ortorkor-crustaces-cuitsSur ce stand, je tombe par ailleurs sur un truc qui nous a renversé : une préparation très parfumée à base d’œufs de crevettes. Cette pâte au gout raffiné et puissant est assez épicée, et contient visiblement un peu de lait de coco, c’est un régal. J’avoue ne pas avoir bien compris comment elle se mangeait, nous on l’a grignotée comme ça, à la cuillère, et c’était superbe.

Un peu plus loin, deux femmes préparent des dumplings, petites bouchées vapeur façon dimsums, et leur adresse est assez spectaculaire. Elles se laissent gentiment filmer : on voit sur ce petit extrait vidéo avec quelle agilité la jeune fille entoure ses boulettes de fine pâte de riz. Elle nous montre également la décoction naturelle de fleurs qu’elle utilise pour teindre la pâte – c’est pas joli ?

Un stand voisin propose du moo krob : de la graisse de porc grillée ultra-croustillante, un genre de graton à la mode thaï, et même meilleur que notre version française : c’est beaucoup plus craquant,  il y a moins de sensation de gras en bouche. Ce truc là je regrette de ne pas en avoir rapporté un camion, ça se conserve bien (et le peu que j’avais rapporté à été dévoré par notre ami Martin, lequel a fort bon goût et grand appétit).

ortorkor-mookrob

En arrivant de l’autre côté de la halle, on découvre le lieu dédié à la restauration.

ortorkor-brochettes

ortorkor-decoupe-trucrose

Des dizaines de petites échoppes préparent poissons grillés, nouilles, brochettes, currys – et un grand espace avec des tables permet de venir s’asseoir pour déguster tranquillement.

ortorkor-foodstand

ortorkor-foodhall

ortorkor-platscuisines

C’est une torture : nous commençons à avoir faim, mais le déjeuner du jour est prévu chez Din Tai Fung, il nous faut résister (et du coup on achète un camion de trucs pour l’apéro du soir avant de prendre l’avion).

Je traîne parmi les stands d’herbes et de légumes, me fournir en petites aubergines.

ortorkor-aubergines

Je cherche aussi ces merveilleux petits concombres craquants et goûtus, beaucoup moins aqueux que les nôtres, qui sont servis là bas à quasiment tous les repas. (Si vous connaissez un endroit en France où on les trouve, vous êtes un envoyé du ciel, promis je vous fais de la saucisse de Chiang Mai gratos).

ortorkor-herbes

Déjà plusieurs heures que nous parcourons les allées d’Or Tor Kor – il est temps de partir. Un dernier arrêt à un joli stand de couverts, où je ferai le plein de baguettes et de cuillères en bois de toutes tailles.

Encore un petit tour dans les allées …

ortorkor-damequisentpoisson

ortorkor-desserts

ortorkor-fleurs

ortorkor-opening-coco

ortorkor-pliages

ortorkor-sacs

Nous rejoignons le parking les bras chargés, nous constaterons pourtant une fois revenus à l’appartement qu’il nous reste encore pas mal de place dans les bagages, j’enrage aujourd’hui de ne pas avoir pris plus de choses – mais c’est ainsi, il nous faut partir… et ici s’achève donc le compte rendu de ce merveilleux voyage.

Je voudrais finir avec une photo que je dédicace à mon frère, ma soeur, et tous nos amis qui nous ont offert ce flamboyant morceau de vie.

Un petit matin sur une plage, quatre amis très chers se retrouvent après de longs mois de séparation. Ils se régalent du petit déjeuner thaïlandais, simple et savoureux : ananas frais mixés et léger bouillon de fines pâtes. Le soleil brille déjà sur l’eau turquoise, et bientôt, d’autres amis du bout du monde vont les rejoindre pour quelques jours au paradis.

Ils sont heureux, les vacances peuvent commencer.

Merci les amis, vous êtes chez vous dans la petite cuisine.

naithon-breakfast

* Chatuchak est l’une attractions incontournables de Bangkok : un gigantesque bazar où vous trouverez vêtements, objets de décoration, et mille choses incroyables.

**Des trucs d’occidentaux quoi, genre Jamon iberico, saumon fumé ou lait de coco en boite. J’avais tort : d’après les échos que j’ai eu depuis, on y trouve des trucs supers – j’y ferai donc un tour à notre prochain passage !

***Si vous décidez d’en acheter, attention à bien faire la différence entre les produits qui viennent de la mer et ceux qui viennent des eaux douces (comme les énormes River prawns), et qui ont beaucoup moins de goût. Les vendeurs vous avertissent en général.

****Merci merci à ma copine Aliette qui du coup m’en a rapporté la semaine suivante !

ortorkor-vuegenerale2

20 réflexions au sujet de « Thaïlande, Bangkok Part 3 : Or Tor Kor market »

    1. Claire Auteur de l’article

      Ben non là je dis merci à toi et tu sais pourquoi 🙂 Mais sinon je te parle plus toi, tu fais rien qu’à pas nous voir, c’est moche !

      Répondre
      1. Claire Auteur de l’article

        Hello Maud, non car je n’ai pas pris de cours là bas, mais il y en a beaucoup et je pense que si tu suis les recommandations d’un bon guide type Lonely planet tu n’auras pas de mauvaises surprises. Merci pour tes gentils commentaires en tous es cas, cela fait plaisir !

        Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Oui cette petite vidéo est super, on a eu de la chance elle était sympa et s’est laissée filmer. Merci de ton passage, je te fais une grosse bise !

      Répondre
  1. marinesza

    Magnifiques découvertes (et étranges parfois). Vive la cuisine exotique! j’adore la vidéo et l’adresse de la cuisinière!

    Répondre
  2. Caroline

    Trop beau ce billet qui me fait bien voyager, j’adore!! Merci! Ca me donne vraiment super envie d’aller là-bas et de tester tout ça moi-même…un jour peut-être…

    Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Il ne faut pas hésiter Caroline, le voyage vaut chaque centime : c’est cher mais le bonheur ça n’a pas de prix ! Merci de ta visite en tous les cas.

      Répondre
  3. l'ogresse

    AaaaAAaah je vous enviiiiiiie ! Je fantasme totalement sur les marchés asiatiques, et ce ne sont pas tes derniers articles qui vont arranger mon cas 😉
    J’adore aussi ta façon de partager toutes ces découvertes avec nous, qui sommes contraints de rester sous notre grisâtre ciel français… Et je me suis donc permis de « nominer » ton blog pour le « Versatile Blogger Award » auquel j’ai été invitée à participer (les détails sont dans mon dernier article). J’imagine que ça doit te paraître bien insignifiant à côté de ta récente et intense expérience thaïlandaise, mais je voulais tout de même te le signaler, en espérant que ce petit jeu te plaise.
    Bonne semaine et bon courage pour te remettre de votre retour !

    Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Merci l’ogresse de tous ces compliments, c’est adorable !! Pour le versatile blogger award je te remercie aussi de ta confiance, c’est chouette 🙂 Par contre je ne te cache pas que je n’ai pas bien saisi comment cela fonctionnait – c’est un genre de chaîne, c’est ça ? Il faut ensuite que je nomme des gens moi même ? Il faudra que je me penche dessus je crois !

      Répondre
  4. l'ogresse

    Oui, c’est exactement ça, une chaîne (ça me rappelle des jeux auxquels on jouait quand on j’étais préado, mais à l’époque ça passait par la poste !). En gros l’idée c’est de parler un peu de soi, et de partager avec nos lecteurs les blogs que l’on aime (15 en l’occurrence, sur lesquels il vaut mieux laisser un commentaire pour les en informer s’ils ne font pas déjà partie desdits lecteurs) !
    Moi aussi, je me demandais si ce n’était que ça, car ce terme d' »award » porte à confusion ; mais il n’y a rien d’autre à gagner que la sympathie de nos confrères/ consœurs blogueurs/ blogueuses 😀 (ce qui est déjà une assez belle récompense à mes yeux) !

    Répondre
  5. aupaysdespiments

    Les goyaves, en thaï, ça se dit FARANG, comme nous… Pourquoi? Aucune idée, si quelqu’un a la réponse, je suis preneuse ! J’ai pas trop l’impression d’avoir une tête de goyave pourtant !
    Les pâtes de curry qui sont bonnes ne sont pas celles pré-emballées, celles qui sont fantastiques tu les trouves en vrac, comme ton dip d aubergines. Ce que je fais, c’est que je les achète au kilo … Ça coûte un truc genre 50 baht par kilo, je les case dans des Tupperware et dans les valises et zou au congèl une fois en Europe, ça se conserve 2 ou 3 mois facile… Pour ton prochain voyage 🙂
    … À essayer aussi : pla waan : les poissons séchés recouvert d’une marinade douce… en salade, c’est magique!

    Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Alors nous les goyaves ils appelaient ça « wawa » ou quelque chose dans le genre ça te dit rien ?
      Sinon je note précieusement tes indications pour le curry et le pla waan !!!

      Répondre
  6. Ping : Salade de fleurs de bananier au curcuma | La plus petite cuisine du monde ... ou presque !

  7. Rose

    Bonjour ! Un petit mot d’abord pour vous remercier. J’étais à bangkok il y’a quelques jours. À la recherche d’infos pratiques sur le fameux marché d’or tor kor, je suis presque par hasard (mais le hasard existe t il vraiment ???) tombée sur votre blog et sur ces précieuses infos ainsi que sur vos judicieux conseils que j’ai suivi à la lettre. Je rapporte donc des dizaine de sachets de pâte de curry dont… Il faut bien l’avouer je ne sais que faire n’ayant jamais pratiqué la chose.
    J’ai donc commencé à explorer plus avant votre blog et je dois vous remercier une deuxième fois : grâce à vos recettes et conseils, je pense me lancer dès demain avec qques amis pour cobayes…
    Je dois vous dire que je vous rejoins complètement sur la beauté de ce marché, de ce pays et sur l’attrait de sa gastronomie. Je suis tombée raide des trois !

    Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Bonjour Rose et un grand grand merci pour votre petit mot : c’est tellement gratifiant de savoir que l’on a pu faire vivre de jolies aventures à nos lecteurs, c’est ce que je préfère !! Pour le curry , ne vous en faites pas c’est bon avec tout (non non je ne suis pas monomaniaque hihihi). Ne manquez pas de venir nous raconter vos expériences ici 🙂 Grosses bises !!

      Répondre

Moi aussi j'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s