La salade d’asperges aux coquilles St Jacques qu’on ne peut faire qu’une fois par an.

Croisement

En ce début du printemps, voici une recette à laquelle je trouve un joli brin de poésie. Une salade  si simple qu’on pourrait la faire tous les jours, sauf qu’on ne peut la faire qu’une fois par an :  au moment précis où les St Jacques sont en train de se retirer jusqu’à l’automne, et où les premières asperges montrent timidement le bout de leurs pointes. Pendant  quelques jours, on pourra alors profiter de cette alliance mémorable.

Petit commentaire, je vous le dis avant que ça pinaille : je sais que pour un timing asperges idéal on aurait pu attendre une grosse semaine de plus, mais j’ai voulu publier cette recette le plus tôt possible, histoire que vous ayez le temps d’en profiter – voila !

Ingrédients pour une entrée pour deux personnes :

(ha oui au fait c’est encore une recette tirée du brillantissime Perret gourmand)

  • une botte d’asperges vertes

    Passage à l'heure d'été

  • 6 coquilles St Jacques
  • vinaigre de xérès
  • huile de noix
  • huile de tournesol
  • un peu de cerfeuil
  • sel, poivre

Coupez les queues des asperges sur 4 à 6 cm environ et jetez-les, afin d’éliminer la partie dure et filandreuse. Coupez ensuite les pointes et réservez-les. Tranchez le reste en rondelles de 2 cm d’épaisseur.
Nettoyez les St Jacques, retirez le corail (et faites ce qui vous chante avec). Tranchez les noix dans leur épaisseur, en deux ou trois tranches selon leur taille et votre goût.

Faites cuire les asperges à la vapeur, 6 mn. Si vous n’avez pas de cuit vapeur, vous pourrez les faire cuire à l’eau salée, c’est mieux que rien – ce sera seulement un peu plus aqueux.

Égouttez, laissez tiédir.

Pendant ce temps, faite chauffer une grosse noix de beurre dans une poêle et faites y sauter allégrement vos noix de St Jacques sur feu ultra vif, 1 mn30, pas plus. Attention de ne pas faire bruler le beurre*.

Faire dissoudre deux belles pincées de sel dans trois cuillères à soupe de vinaigre de Xérès. Ajoutez trois cuillères à soupe d’huile de noix, puis complétez avec l’huile de tournesol,  jusqu’à ce que l’assaisonnement soit à votre goût. Vous pouvez faire cette vinaigrette entièrement à l’huile de noix, mais pour moi cela devient un peu trop fort pour la délicatesse du plat.

Arrosez les asperges de vinaigrettes et bien mélanger. Disposer les St Jacques encore chaudes, saupoudrer de cerfeuil finement haché – donnez un tour de moulin à poivre, et dégustez sereinement en regardant pousser les crocus.

Avec cette recette j’ai l’arrogance de participer au concours de Cuisine de la Mer : « La recette simple de la mer parfois compliquée ». Profitez en pour visiter ce magnifique blog si vous ne le connaissez pas encore.

*Monsieur Perret quant à lui fait également cuire ses St Jacques à la vapeur, c’est une autre école – en ce qui me concerne je reste sur la poêlée.

8 réflexions au sujet de « La salade d’asperges aux coquilles St Jacques qu’on ne peut faire qu’une fois par an. »

    1. Claire Auteur de l’article

      Houla je ne sens pas du tout le muscat là dessus. Denis avait choisi une cuvée Le Gentil du domaine Mittnacht (Alsace) – c’était vraiment bien.

      Répondre
  1. BenCo

    Je découvre ce Blog, et …. bravo pour cette recette … Fervent défenseur du respect des saisons, tu as là une recette magnifique, témoin d’un instant T de l’année, et non réalisable à T+ !!! Un peu comme le foie gras poêlé avec la gariguette … et d’autres d’ailleurs … je file lire la suite de ce blog !!

    Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Hé bien merci pour le compliment te bravo pour ton propre blog sur lequel je viens de faire un tour !

      Répondre
  2. Tiuscha

    Le condrieu se plaît bien autant sur les SJ que paraît-il sur les asperges. Sinon il y a le cour cheverny aussi…
    Les asperges ce n’ets pas encore tout à fait ça, même ici ! Elles viennent d’où les tiennes ?
    L’an passé une lettre à la poste mais cette année, les vertes vont arriver que les SJ seront déjà out.

    Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Bonjour Tiuscha – oui j’ai lu dans la RVF ce mois ci que les côtes du rhône blancs faisaient une bonne alliance avec les asperges vertes : j’achète ton condrieu 🙂
      Pour mes asperges, elles venaient d’Espagne, c’est ce que j’ai trouvé de mieux car effectivement ça a l’air de tarder un peu cette année – mais elles étaient superbes.

      Répondre

Moi aussi j'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s