Tarte fine aux deux roquettes et au San Daniele

C'est croustifondant...

C'est croustifondant...

En général je ne suis pas très tartes/quiches/cakes – mais si on garde le cap sur de bons produits, tout peut être délicieux n’est ce pas ? Avec du San Daniele, un peu de pesto de roquette et de feuilles du même nom, quelques tranches de belles tomates, le tout se laisse manger avec plaisir et même une certaine élégance. Et si en plus cela me donne l’occasion d’aborder l’un de mes grands sujet de  bataille (en l’occurrence, la pâte à tarte), alors allons y !

Car, en effet, je suis en guerre contre les pâtes industrielles*. Rassurez vous, je ne suis pas là non plus pour vous filer des complexes, je ne fais pas toujours la pâte moi même, je suis comme tout le monde – alors c’est quoi la solution ?

Sur la pâte abandonnée ...

Sur la pâte abandonnée ...

Pour sortir du piège quand on ne sait pas (encore) faire la pâte feuilletée inversée, on peut au choix :

  • commander de la pâte à la boulangère. La première fois elle est en général un peu surprise, mais après tout c’est son métier…
  • acheter l’excellente pâte feuilletée professionnelle du fameux fournisseur parisien  G.Detou (adresse plus bas).
  • si aucune des deux solutions précédentes n’est praticable : acheter sa pâte chez Picard surgelés qui continue contre vents et marées à faire de la bonne pâte pur beurre.

Et maintenant passons aux choses sérieuses : une tarte bien profilée, ultra fine et chic, impeccable pour un petit diner de copines ou un grignotage en tête à tête.

Ingrédients pour deux personnes : tarte_roquette

  • de la pâte feuilletée
  • trois tomates
  • quatre grosses poignées de roquette
  • une demi-gousse d’ail
  • une cuillère à soupe de pignons de pin
  • une cuillère à soupe de parmesan râpé
  • 6 tranches ultra fines de jambon San Daniele
  • de la très bonne huile d’olive
  • poivre

Préchauffer le four à 190°.

Étaler la pâte et la couper de la taille d’un cercle d’une vingtaine de centimètre de diamètre. La disposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Réserver au frigo une bonne demi-heure.

Pour le pesto, prendre les deux tiers de la roquette et les passer au blender avec l’ail pressé, les pignons, le parmesan, 5 cuillères à soupe d’huile d’olive. Éventuellement, rallonger avec un peu d’huile ou de roquette, de manière à obtenir la consistance voulue.

Roquette à gogo

Roquette à gogo

Sortir la pâte du réfrigérateur, étalez le pesto. Piquez la pâte.  Disposez les tomates en rosace, après les avoir coupées en tranches fines. Enfournez pour une vingtaine de minutes.

Lorsque le bord le pâte est bien doré, sortir la tarte fine. Recouvrir des tranches de San Daniele en chiffonade, puis du reste de feuilles de roquette. Poivrez mais ne salez pas car le jambon a déjà ce qu’il faut.

Servir tiède.

G. Detou
58, Rue Tiquetonne
75002 Paris
Tel: 01 42 36 54 67

*Et d’abord c’est quoi le problème ? Le problème, c’est que presque toutes les pâtes, même les plus chères, même les « bio », même les packagées « à l’ancienne », toutes donc, intègrent une proportion significative de graisse végétale. Pas de « pûr beurre » à l’horizon, à l’exception notable de Marie qui utilise du beurre concentré (youpi). La conséquence : un résultat triste et standardisé, avec en prime le léger sentiment qu’on se fiche de nous.

4 réflexions au sujet de « Tarte fine aux deux roquettes et au San Daniele »

Moi aussi j'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s