La soupe marocaine de carottes crues à l’orange et au cumin.

Soupe de carottes au cuminDepuis quelques mois, je suis prise d’une frénésie à peu près incontrôlable au sujet de tout ce qui concerne les cuisines marocaine, indienne, israélite et thaïlandaise.

Vous allez me dire : « Ce n’est pas pareil« ; et vous commencez peut être à vous demandez si vous ne vous êtes pas égarés dans ma petite cuisine, juste au cas où j’essayerai de vous refiler des recettes de poulet tandoori au couscous, ou de houmous au lait de coco.

Rassurez-vous, je n’en suis pas encore là, et je travaille chacune des ces cultures gastronomiques séparément. Comme tout bon élève au début de son apprentissage, je reste aussi académique que possible, droite dans mes bottes, pas de fantaisie dans le port du képi*.

Aussi différentes soient-elles, ces cuisines ont pourtant quelque chose en commun : une utilisation pointue, complexe et maîtrisée des épices, qui n’a souvent pas grand chose à voir avec le simpliste saupoudrage de coriandre, ras-el-hanout ou curry en poudre proposé dans leurs versions occidentalisées.

Bref, je vous reparlerai de tout cela très bientôt, car j’ai fait des découvertes de saveurs fantastiques; et moi qui pensait ne plus pouvoir entrer une feuille de papier dans les placards de la petite cuisine, j’ai repoussé les limites de l’espace et du temps pour accueillir d’un coup des dizaines de nouvelles mixtures, graines et autres plantes parfumées.

Petits plats de MarrakechMais revenons à nos moutons : un des premiers évènements ayant conduit à cette obsession exotique radicale, fut l’arrivée chez nous de ce livre que je ne saurais trop vous conseiller : les Petits Plats de Marrakech**. Ultra complet, très précis et documenté, lumineux, ce livre propose des recettes fantastiques, telles les savoureux épinards au citron confit, la géniale salade niçoise marocaine (une version aux tomates rôties et aux épices), les cigares croustillants aux herbes, et bon nombre de tajines parfumé(e?)s.

De toutes les recettes que j’ai faites grâce à ce livre, cette soupe de carottes n’est peut être pas la meilleure, mais sans aucun doute la plus surprenante. Elle est faite à partir de carottes crues et d’oranges pressées, de fleurs d’oranger, d’huile d’olive et de sel de cumin – bref c’est un aller simple pour Marrakech, on s’y croirait.

Je vous conseille de la servir en amuse bouche avant un repas épicé, ou bien pour se rafraîchir après un copieux couscous; elle est à la fois fine et parfumée, une belle transition au cours d’un repas.

En plus ce n’est franchement pas compliqué à faire, et l’utilisation du sel de cumin est à peu près addictive, voila donc autant de bonnes raisons de l’essayer fissa.

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 500 grammes de carottes
  • 3 oranges à jus
  • une cuillère à café d’extrait naturel de fleur d’oranger
  • une cuillère à café de sucre glace
  • une rasade de très bonne huile d’olive
  • deux cuillères à soupe de gros sel de mer gris
  • deux cuillères à soupe de graines de cumin

Soupe de carottes au cumin

Peler et râper les carottes. Pressez les oranges pour obtenir l’équivalent d’un bon verre à moutarde de jus. N’utilisez PAS de jus d’orange du commerce.

Versez le tout dans un blender et mixez à grande vitesse de manière à obtenir un velouté lisse. S’il est trop épais, rajouter un peu de jus d’orange.

Assaisonnez avec le sucre et la fleur d’oranger, à votre goût. Je précise que la recette originale prévoit beaucoup plus de sucre (trois cuillères à soupe), en ce qui nous concerne, nous préférons avoir la main légère, à vous de voir.

Placez le tout au frais pour au  moins 4 heures. Cette étape de repos est complètement indispensable.

En effet, si vous dégustez cette soupe tout de suite, les différents arômes seront trop vifs et se feront la guerre. Il faut un peu de temps pour que tout ce petit monde se détende et vive en harmonie.

Pendant le temps de repos, passez les graines de cumin au moulin (utilisez votre moulin à poivre si vous n’avez pas de moulin à épices). Mélangez ce cumin moulu avec le gros sel et réservez.

Au moment de servir, versez la soupe dans les bols, ajoutez une petite rasade d’huile d’olive, terminez par une généreuse pincée de sel au cumin.

*Le premier qui trouve l’origine de cette fantastique citation que l’on devrait enseigner à l’école, gagne un petit pot de mon sel de cumin maison.

** ce livre est édité chez Marabout, et je l’ai donc reçu gratuitement dans le cadre de mon travail. Depuis, faisant preuve de son excellence, il a gravi tous les échelons jusqu’à parvenir à la place d’honneur réservée aux plus grands des meilleurs ouvrages de cuisine que nous possédons : la place du haut dans la pile de livres des toilettes. 

12 réflexions au sujet de « La soupe marocaine de carottes crues à l’orange et au cumin. »

  1. bruno

    Ah les épices… Le maître en la matière, pour moi, mais je ne crois pas être le seul à penser, Mr Roellinger chez qui j’ai eu la chance de déjeuner deux fois, m’a rendu addict aux épices à l’utilisation si délicates.
    Pour le quizz, je dirais le gendarme à saint tropez

    Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Arg c’est pas drôle, vous êtes trop forts et vous avez trouvé trop vite 🙂 Il s’agit bien d’une expression tirée du premier Gendarme de St Tropez. Bon allez Bruno tu l’as bien mérité, balance ton adresse que je t’envoie ton sel de cumin !

      Répondre
      1. bruno

        Par ton blog, chaleureux et attachant, où je trouve des idées, des adresses, des envies, de l’humour, et plein de vie et tout ça c’est déjà cadeau. Encore un de plus ?! Nan, c’est trop. Moi je veux juste te lire, pour mon plus grand plaisir.

        Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Et paf, bien vu, vous êtes vraiment trop trop forts mes chers lecteurs. Et oui je confirme que cette préparation est aussi fine qu’étonnante, à tester !

      Répondre
  2. Patrick Cadour

    J’avais presque oublié que nous avons séjourné au même endroit à Marrakech ;-D

    Bon, je vais bien évidemment aller voir ce livre, en espérant y trouver une belle recette de tanjia, et la célèbre épaule dorée aux épices qui nous a fait défaillir…

    Répondre
  3. Ping : En 80 días | Cous cous con crema marroquí de zanahorias

Moi aussi j'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s