Filet de boeuf à l’unilatérale et légumes croquants de Yannick Alléno

Mes chéris gourmands, vous qui lisez ces modestes lignes, vous avez peut être étés confrontés un jour ou l’autre au classique dilemne des amateurs d’ustensiles culinaires : « Je voudrais tant m’offrir ce blender/siphon/presse agrumes nucléaire, mais EST-CE QUE JE VAIS M’EN SERVIR ?? ».

En effet, de trop nombreux achats d’ustensiles inutilisés nous restent sur la conscience, et rien n’est plus culpabilisant que la vision du trancheur à jambon qui n’a servi qu’une fois en 2004, de la machine à mettre sous vide  qui occupe la moitié du placard de l’entrée ou de l’épluche légume solaire désigné par Starck; qui nous a coûté la modique somme de 458 €, et qui s’est révélé aussi pratique qu’un trombone à coulisses pour éplucher les pommes de terre.

C’est dans le but d’éviter ce genre d’erreur que certains d’entre vous ont peut être renoncé à acheter une mandoline*, de peur qu’elle ne finisse à la cave avant d’avoir eu le temps de dire « ouf ». Et bien mes chers amis et lecteurs, pour peu que vous aimiez les légumes et les crudités, croyez-moi vous pouvez y aller : peu d’ustensiles de la petite cuisine ont mieux trouvé leur place que ma mandoline, et je l’aime tant que je l’emmène en vacances avec moi.

Non seulement elle permet de trancher à vive allure pommes de terre, courgettes ou concombres, mais elle assure une touche de raffinement irremplaçable à la moindre des salades. En quelques secondes à peine, on escalope une asperge, on fait des tranches de carottes transparentes, on créée des dentelles de fenouil.

C’est beau, c’est fin : de la belle et bonne cuisine sans chercher midi à quatorze heure, on aime ça !

Il était donc logique que cette recette**, dont l’effet repose largement sur l’utilisation de la mandoline, trouve sa place au plus vite dans la guest list ultra select des recettes en attente la petite cuisine.

Résultat : une des plus belles recettes de notre répertoire, simplissime et gourmande, qui fera de l’effet dans toutes les circonstances. A essayer absolument !

Ingrédients pour quatre personnes :

  • quatre tranches de filet de boeuf de la meilleure qualité
  • un petit fenouil
  • trois oignons nouveaux
  • un quart de concombre
  • deux jeunes carottes
  • une poignée de roquette
  • quelques brins de persil
  • quatre beaux radis
  • quelques brins de ciboulette
  • de la très bonne huile d’olive
  • de la fleur de sel et du poivre du moulin
Préparez vos tranches de filets pour qu’elles soient bien nettes et jolies. Laissez-les reposer en dehors du frigo au moins une demie-heure à l’avance.
Découpez tous les légumes à la mandoline. Si vous les préparez à l’avance, vous pouvez les baigner dans l’eau glacée pour qu’ils restent croquants, mais il faudra alors bien les sécher au moment du service.
Coupez les brins de ciboulettes en trois ou quatre, et effeuillez le persil.
Versez tous les légumes dans un saladier.
Assaisonnez la viande, et faites la revenir à feu vif dans une poêle avec un filet d’huile d’olive.
Ne la retournez pas. Lorsque la coloration a atteint les 2/3 de l’épaisseur de la tranche, retirez-les et laissez-les reposer 5 mn dans un plat recouvert d’une feuille d’aluminium.
Versez un léger filet d’huile d’olive sur les légumes, assaisonnez d’une belle pincée de fleur de sel. Remuez avec des baguettes, afin de ne pas écraser les végétaux et de bien les aérer.
Dressez les filets de boeuf dans les assiettes, côté cru vers le bas. Répartissez harmonieusement les légumes sur chaque morceaux, donnez un tour de moulin et servez aussitôt.
*Une mandoline est un ustensile à main permettant de trancher les légumes très finement.
**Une nouvelle fois tirée de l’excellent magazine Yam(dont je vous avais déjà parlé ici), 

21 réflexions au sujet de « Filet de boeuf à l’unilatérale et légumes croquants de Yannick Alléno »

    1. Claire Auteur de l’article

      Héhéhé une bonne vanne bien pourrie qui me fait rire aux éclats ma Carlotta – au passage je te conseille fortement l’achat d’une mandoline, on l’utilise beaucoup dans la cuisine thaïlandaise 🙂 Tu vas nous manquer mes guibolles !!!

      Répondre
  1. Patrick Cadour

    Chouette, un nouveau billet, on a failli attendre ;-))

    J’ai donné ma mandoline à une amie qui en fait des merveilles, alors que les rares fois où je m’en suis servi, j’ai risqué l’amputation des phalanges… je vais toutefois acheter une mandoline japonaise, d’un maniement plus évident.

    Recette super sympa, j’admire la finesse des tranches de filet, tu ne les aplatis pas un peu ?

    Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Pffff je sais que je tarde un peu mais cette rentrée c’est la course. Entre les inscriptions danse/karaté, les conserves de tomates à faire, les comptes 2010 à boucler et le boulot, ce matin je me suis aussi cognée un pot au feu en gelée à préparer et un entrainement de sauce gribiche – c’est finalement pas mal de bol que j’ai pu réussir à poster ! Pour la viande, non je n’ai pas aplati, le boucher me les avait coupés comme ça. Je dois d’ailleurs dire que pour mon goût personnel, je les aurai bien aimées un peu plus épaisses. Mais bon, c’était top !

      Répondre
  2. LaFrancesa

    Dans la guest list des ustensiles de cuisine ça fait longtemps que le VIP est la mandoline ah ah ah
    Quant au trancheur, une p’tite idée comme çà en passant : congeler de la baguette ou du pain de campagne une petite heure puis détailler des tranches ultra fines à griller sous la salamandre du four et à répartir sur des « gloubiboulgas » divers et variés pour l’apéro pour faire des « tartines inversées »… ça c’est de l’élégance et devant les ouh ah des convives on ne regrette pas le rein qu’on a laissé à l’acheter. Quant à l’épluche légume Starck, je ne sais pas de quoi tu parles, je croyais que ce Môsieur faisait des scooters 😉
    Pour la pièce de boeuf à l’unilatéral et ses légumes croquants, trop fort ce Yannick Alléno, veg’ s’abstenir ah ah ah ça en jette dans l’assiette et j’adooooooore les radis translucides!
    Besoooooooooooos

    Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Hola Francesa ! Non en fait la trancheuse je n’en ai pas; j’ai juste pris ça comme exemple. je suis certaines que je m’en servirai si j’en avais une, par exemple, pour faire de la langue de veau Lucullus ! Et pour l’épluche légume de Starck, c’était juste encore une formidable plaisanterie dont nous avons le secret… Besos mil !

      Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Ha oui, tu ne le regretteras pas ! J’ai même surpris mon mari en train de s’en servir l’autre jour quand je lui ai demandé de couper un concombre huhuhuhu….

      Répondre
  3. Anne

    La mandoline a aussi bien tranché mes légumes que mon pouce, mais franchement, je ne pourrais m’en passer. Je rêve aussi d’une trancheuse à jambon, mais bon… il me faudrait plus de plan de travail. En tout cas, le radis n’est jamais aussi joli que passé au fil du rasoir 😉

    Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Bonjour Anne, merci de ton passage, je suis ravie de te voir par ici !! J’ai acheté des gants de boucher pour éviter les bobos – ça marche impec 😉

      Répondre
  4. senga50

    A moitié d’accord avec toi mais quel plaisir quand l’ustensile devient indispensable même pour peu de recettes et puis c’est tout un univers qui nous entoure et nous inspire…

    Répondre
  5. Agnes

    j’ai abandonné la mandoline après quelques essais….dangereux dirons nous….mais en voyant cette recette magnifique…je vais la ressortir….tout ce que j’aime !
    bon weekend

    Répondre

Moi aussi j'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s