Anvers, nos adresses de boire et manger (jour 1).

Le saviez vous ?

Bien que mon inclination pour le sud soit quasiment de l’ordre de l’addiction hystérique, j’adore ce drôle de pays qu’est la Belgique. Je m’y sens toujours bien, peut être en raison des contradictions profondes qui sont le fondement de cette culture aux contours inattendus. Faussement rustique, toujours espiègle, la Belgique ne s’embarrasse pas des complexes de supériorité souvent affichés par les grandes places Européennes – et ce, malgré un capital architectural, culturel et historique à couper le souffle. Alors, autant vous dire que lorsque l’on nous propose un week-end à Anvers*, on ne se fait pas prier.

A la fois ville d’art, d’industrie et de mode, immense port marchand et cité historique, la belle Antwerpen (en v.o. dans le texte) sait se faire plaisante sous tous ses aspects. Nous sommes littéralement tombés sous le charme – en particulier lors d’une promenade saisissante d’atmosphère et de joliesse, à la nuit tombante entre les quartiers de l‘Eilandje et du Grote Markt.

Bref, cela dit, nous ne sommes pas là pour vous parler du magnifique musée d’art moderne de la ville ou de la dernière collection des jeunes talents de la mode Anversoise. On est monomaniaques ou on ne l’est pas.

Alors les bonnes adresses gourmandes de la Petite Cuisine à Anvers c’est maintenant !

NDLR : J’ai drolement bossé pour préparer ce déplacement  à Anvers, mais là où j’ai merdouillé grave, c’est que je m’y suis prise trop tard pour faire les réservations dans les restaurants. Donc je vous avertis; si vous voulez découvrir une table qui fait le buzz, comme, par exemple, La Véranda, n’appelez pas une semaine à l’avance. J’entends encore le réceptionniste en train de rigoler : « You are calling about THIS saturday  ? « .  Bref, voici donc les endroits que nous avons visités.

Le Fiske Bar :

Ce restaurant de poissons assume un style actuel : cuisine ouverte, carte à l’ardoise, décor simple avec la pointe de design qui va bien. Les poissons du jour sont exposés au regard des clients (bonne idée sur le principe, dommage qu’ils ne soient pas un poil plus fringants).

La carte se trouve sur un grand tableau noir (en flamand, heureusement que dans la Petite Cuisine nous avons un don inné qui nous permet de comprendre à peu près tout ce qui concerne la nourriture en n’importe quelle langue). Elle est variée, riche, alors plutôt que de choisir un plat, nous choisissons une sélection d’entrées façons tapas, assortie d’un sympathique Chardonnay Toscan complètement dans l’ambiance.

On commence à se sentir à l’aise, c’est à ce moment que l’on nous apporte un panier de pain frais avec son beurre aux herbes et à l’ail : un pur scandale, un truc aussi bon quand on a faim, ça devrait être interdit. La dégustation qui suit est tout à fait plaisante : scampi friti hautement recommandables, croquettes de crevettes, chouettes moules marinières. Le tartare de king crab est moins bien (la sauce curry un peu douce, je ne peux décidément pas m’y faire). On aurait également aimé des salades un peu plus éveillées – mais l’impression globale reste excellente.

A noter : rythme du service radicalement différent de celui constaté à Paris – mais ça tombe bien, on est en vacances.

Verdict : une table sympathique et attachante, qui vaut le passage (ne serait-ce que pour son beurre d’ail).

Fiskebar : Marnixplaats 12/13, 2000 Antwerpen.

Pierre Marcolini :

Si comme nous vous êtes des fous de chocolat, il y a des chances que vous ayez déjà entendu parler de Pierre Marcolini, le beau gosse des chocolatiers belges. Vous connaissez les gros chocolats blancs de Léonidas, ceux qui sont pleins de mousse au beurre ? Et bien les chocolats de Marcolini, c’est en gros le contraire : des petits carrés noirs et sobres, avec éventuellemeent une ganache subtile. C’est chic, c’est beau, et c’est absolument grandiose à déguster.

Voila pourquoi il nous était impossible de passer par Anvers sans passer chez Monsieur Marcolini (bien qu’on le trouve aussi à Paris, je sais c’est couillon mais c’est comme ça). Et grand bien nous en a pris : la vendeuse nous a offert un petit gobelet de chocolat chaud. Pourtant, moi je n’aime pas trop le chocolat chaud : trop sucré, trop lacté, trop écoeurant – je n’en bois jamais. Mais celui-là … l’odeur nous a frappé comme un uppercut lorsqu’elle a posé le gobelet sur le comptoir.

C’est amer, complexe, torréfiée, un peu onctueux mais pas trop, très peu sucré : magistral !

Pierre Marcolini : salon de thé, Kelderstraat, 4 – 2000 Antwerpen.

Den Engel :

Impossible de passer par Anvers sans goûter une bonne bière locale, comme la très fraîche De Koninck. Nous passons donc un moment au Den Engel, institution multi-générationnelle, lieu de rendez-vous incontournable situé sur la somptueuse place du Grote Markt. C’est un beau bistrot à bières bien dans son jus, où l’on croise quinquas habitués, dames chics entre copines et étudiants s’échauffant pour leur samedi soir.  Livraison de bonnes ondes garantie pour un tarif à peu près insignifiant.

Den Engel : Grote Markt, 3 – 20000 Antwerpen.

Le « Boleke » de De Koninck (équivalent d’un demi mais dans une verre rond typiquement Anversois) : 2  €

Zuiderterras :

C’est donc après de nombreuses tentatives de réservations avortées que nous trouvons enfin un endroit pour dîner. Ce sera le Zuiderterras, restaurant moderne et auto labellisé « branché » se trouvant au bord de l’Escaut. Je redoutais un peu le genre de lieu où l’on paye cher pour manger mal, je dois dire que nous avons été agréablement surpris.

Le décor est superbe, le bâtiment est comme suspendu au dessus des flots, on en prend plein la vue. La carte possède la fausse originalité convenue des tables où l’on vient pour se faire voir; mais si l’assiette n’est pas impérissable, elle n’est pas honteuse non plus. Les cuissons sont justes, les produits sont beaux, et à part un jus de veau trop glutamaté nous passons un bon moment. Le service, adorable, n’y est pas pour rien.

Le moins : le pain « sur plaques » et le beurre en barquettes (surtout après l’énormité du pain-beurre à l’ail du Fiskebar).
Le plus : la carte des vins intéressante, et très bien commentée sur le menu.

Zuiderterras : Ernest Van Dijckkaai 37 – 2000 Antwerpen
A noter, une splendide terrasse aux beaux jours.
Sips :
Pour finir la soirée en beauté, nous décidons d’aller boire un cocktail au Sips, une adresse référence en la matière à Anvers (le patron a été barman sur le Queen Elisabeth II). Situé sur une jolie place au sud de la vieille ville, ce bar joue la carte chic et dandy du cocktail club.
Afin de bien faire passer le message, 10 règles vous sont présentées sur la carte à votre arrivée. Ces injonctions vont de « Ne cherchez pas le regard du barman si vous ne voulez pas de verre » à « Enterrements de vies de garçons/filles interdits » en passant par « Attendez patiemment votre cocktail sans interpeller le service« . Nous sommes un peu surpris, mais au moins cela a le mérite d’être clair : si vous voulez enchainez les mojitos cheaps en dansant sur les tables, vous n’êtes pas à la bonne adresse.
Une fois passé cet accueil un peu raide, le lieu se révèle très agréable. Le décor design est épuré, imprégné de codes seventies, on s’attend presque à croiser Pamela Ewing. Les cocktails sont forcément impeccables : Maï Taï parfait, Stinger comme j’aime, pas de doutes les « mixologistes » sont des pros. Du coup, on remet ça, et la soirée se prolonge sur la terrasse, l’intérieur étant bondé, victime de son succès.
Sips : Gillisplaats 8  – 2000 Antwerpen
La suite dans les jours qui viennent, et pour vous faire patienter, quelques images de nos promenades Anversoises …
* L’office du Tourisme de Flandres, dans le cadre de l’opération Theplace to.be, a eu l’idée folle de nous offrir le train et l’hôtel – mais nous avons ensuite organisé notre voyage complètement indépendamment, et nous avons réglé toutes nos additions.

10 réflexions au sujet de « Anvers, nos adresses de boire et manger (jour 1). »

  1. very easy kitchen

    tu n’as testé le dome de Julien Burlat. j’avais bcp aimé sa cuisine lors du Omnivore 100% Flandres et il vient de signer la carte du Chalet Zannier à Megève; Quand à Davy de Véranda, nous l’avions aussi découvert lors de cet Omnivore. En descendant vers Bruxelles tu as Das Pastorale et Couvert Couvert qui sont aussi très bien.

    Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Ben le problème c’est que c’est la crise dans la Petite Cuisine, donc on s’est dit « Pas d’étoilé ». Si on ajoute le fait qu’en plus je m’y suis prise trop tard pour les résas, cela explique que nous n’avons pas pu manger dans ces restaurants, ce sera pour la prochaine fois. Par contre j’ai eu la chance de manger la cuisine de Stéphanie de Wouters, la jeune chef du Carrod’s. J’en parlerai dans le prochain post … Merci de ton passage 🙂

      Répondre
  2. Ping : Anvers, nos adresses de boire et de manger (jour 2). « La plus petite cuisine du monde … ou presque !

  3. Ping : Les petits financiers chocolat café de Pierre Marcolini « La plus petite cuisine du monde … ou presque !

Moi aussi j'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s