Cru : Paris d’été rêvé.

Quand il a ouvert il y a quelques années, le Cru a fait parler de lui, avec son concept de cuisine presque sans cuisson  et sa terrasse réputée pour être l’une des plus charmantes de la capitale.

Malgré cela (ou peut être à cause de), je redoutais une de ces tables brillant par leur médiocrité et le talent de leur attachée de presse – bref, j’ai méprisé sec.

Et puis les années ont passées, et l’endroit a toujours aussi bonne réputation. Je n’en lis (presque) que du bien. Et la terrasse me dit on, LA TERRASSE !!!

Allez c’est vendu, en ce Samedi ensoléillé, on essaye le Cru.

Il faut pour cela se rendre dans le Marais, au coeur du Village St Paul : majoritairement occupé par des antiquaires, brocanteurs et autres boutiques de déco, cet enchevêtrement de cours et de petits passages abrite donc le restaurant et son bar à vin.

On ne nous a pas menti sur la terrasse : c’est joli à pleurer. D’ailleurs les quelques touristes en goguette se pâment de bonheur en découvrant la placette arborée et les jolies tables vertes, et on les comprend : honnêtement, il est quasiment impossible de résister à l’envie de s’attabler. C’est LE cliché bohème parigot révé : les vieilles boutiques, les fenêtres des appartements ouvertes sur les leçons de piano ou le passage de l’aspirateur – on est en plein dans le Paname qui fait triper le monde entier*.

Pour compléter notre bonheur, loin de tout miser sur cet emplacement exceptionnel et de traiter sa cuisine par dessus la jambe, le Cru propose une vraie carte gourmande, inventive, personnelle : consommé de volaille et ses ravioles, légumes crus et cuits au pesto de cresson, coques en gelée de céleri et concombre, formidable carpaccio de truites au combava et baies roses.

Au final, pas tant de « cru » que cela, et nous sommes un peu surpris par les accompagnements servis chauds avec le plat froid (frites de patates douces et un genre de risotto d’épeautre) – mais c’est très, très bon.

Dommage alors que le service soit tellement aux fraises : une heure d’attente pour notre premier plat (alors que 4 tables sont occuppées), et un sentiment de désorganisation totale dans le service.

A un moment cela frise l’incompétence, lorsque l’une des serveuses (la patronne ?) conseille à une cliente de prendre une salade César alors que celle-ci demande une recette sans poisson**…

Evidemment, la jeune fille bondit au plafond à la première bouchée – ce qui déclenche une scène assez surréaliste avec un autre serveur, lequel essayant de lui expliquer avec une mauvaise foi exemplaire qu’il n’y a pas un gramme de poisson dans la recette.

BREF, dommage car ça ne vient pas jouer en faveur de l’adresse – mais 1h45 à table pour une entrée à deux et un plat : c’est trop long, et cela laisse largement le temps à la faim et l’impatience de venir nous gâcher un peu la fête.

Mais bon, allez, c’est tellement chouette qu’on vous le recommande quand même : il faut le faire au moins une fois, pour emballer un coeur ou faire rêver un ami de passage.

Faut juste pas trop être pressés …

*C’est presque trop beau pour être vrai… et de fait : il nous a semblé que les habitants de la cour avaient plutôt l’accent du Massachusset que de Ménilmontant 😉

**Pour mémoire, LA caractéristique de la salade César est d’être servie avec une sauce aux anchois.

6 réflexions au sujet de « Cru : Paris d’été rêvé. »

  1. barbara

    non merci, le cru me tente mais un temps d’attente aussi long je ne supporte pas ! genre je me casse au bout d’une demi heure, limite je peux comprendre quand c’est blindé de gens, mais là à te lire c’était pas le cas
    ça et la mauvaise foi et le manque d’amabilité, en ce qui me concerne je retiens le nom du resto et j’y vais pas ! merci pour ton avis
    bonne soirée !

    Répondre
    1. Claire Auteur de l’article

      Bonjour Barbara, écoute on est peut être tombés un mauvais jour, et avec nous les serveurs ont été très aimables donc ce n’est pas si noir que cela. Surtout que c’était TRES bon et TRES joli 🙂

      Répondre
  2. senga50

    Un concept qui m’a toujours plu ! même infiniment !
    Je suis ravie de découvrir ton blog, ses plats délicats et fins… Un vrai plaisir ! Ta recette caviar est absolument divine ! et celles des grands chefs me plaisent aussi beaucoup, bravo pour ces choix remarquables…

    Répondre
  3. Patrick CdM

    Comme toi, j’ai jusqu’à présent dédaigné l’endroit, me disant que c’était un nouveau refuge pour bobo conceptuel… J’adore ce quartier, j’ai bossé quelque temps à St Paul, à l’époque où c’était presque comme dans Utrillo…

    J’irai faire un tour, je n’ai pas encore si ce sera avec un coeur ou un ami ;-)) j’ai adoré ta conclusion !

    Répondre

Moi aussi j'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s