L’Echaillon, un exemple à suivre ?

Havre du skieur

Havre du skieur

De retour d’une semaine de vacances bien méritées, un petit billet sur ce restaurant d’altitude qui est une légende de Serre Chevalier. Mais est-ce que cela va vraiment vous intéresser après tout ?
On connait tous ces restaurants d’altitude locaux, auxquels on s’attache le temps des vacances – alors à quoi bon vous en parler, car vous n’êtes pas tous ammenés à chercher une adresse dans ce coin reculé des Hautes Alpes dans l’immédiat….
Mais l’Echaillon reste sans équivalent pour moi, car je n’ai jamais rencontré son semblable, dans aucune des stations de ski que j’ai eu la chance de fréquenter.

Il se trouve que ce restaurant de haute montagne rassemble au moins deux particularités qui en font un site  part entière …

La première (et pas la moindre), est que l’Echaillon est inaccesssible autrement qu’à ski. Non seulement ce grand chalet n’est pas placé en haut d’une remontée mécanique, mais il n’est même pas situé sur le bord d’une piste.

En effet, il faut d’abord connaître l’endroit, prendre la bonne direction, et autour du virage d’une descente, sortir tout franc des sentiers battus; et sans l’apercevoir, dans la confiance du secret (de polichinelle sans doute, mais tout de même), parcourir quelques centaines de mètres dans les bois pour découvrir en contrebas, bien cachée, la grande terrasse ensoleillée.

Ma cabane au fonds des bois

Ma cabane au fonds des bois

Ensuite, deuxième atout (et sans doute vraie raison de son incroyable succès),  c’est un excellent restaurant, qui cultive ses classiques depuis plus de 25 ans : morilles, andouillettes, ris de veau, côtes à l’os/pommes sarladaise, ou salade lyonnaise sont toujours au menu – et plutôt bien ficelés. La quantité est au rendez vous, par grand soleil ou par grand froid, pour réconforter quelques minutes ou quelques heures, tous les skieurs des environs. 

Le tout donne un endroit désiré au delà de tout. Car chacun ici a « gagné » son Echaillon. Pas de nappes en tissus et de vaiselles de prix, mais de la sueur et le lourd pas des chaussures de ski autour de la belle flambée et des grosses tables en bois. On s’est tous donnés rendez vous « là haut », on est entre soi, les sportifs &  amateurs de bon crozes hermitage – on rit de se voir tous si heureux d’être là.

Alors si vous avez la chance de partir un jour pour Serre Chevalier, retenez bien ce nom  : l’Echaillon. Et vous pourrez alors, comme tous les amoureux de bonne chère et de montagne de la région, donner votre réponse à la Grande Question de chaque saison : « L’Echaillon, est ce que ça baisse ? » …….

Cru 2009 : NON !

4 réflexions au sujet de « L’Echaillon, un exemple à suivre ? »

Moi aussi j'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s