Aubergines confites, grenade et crème de safran – et la malédiction du pignon pakistanais.

Fondant et ensoléillé.

Ha la la mes amis, je sais que vous allez me dire "Ho non pas ENCORE une recette d’aubergines" – mais voila j’en ai plein dans mon panier hebdomadaire, et elles sont belles et elles sont bonnes. Elles méritent une recette gourmande, colorée, culottée même : la sauce au safran il fallait y penser non ?

Le résultat est surprenant, raffiné, délicieux. C’est joli, c’est ensoleillé, on en redemande, alors hop, en cuisine.

Encore une recette du cookboook Ottolenghi – décidément un trésor.

Ingrédients pour 2 personnes :

  • deux grosses (ou quatre petites) aubergines – multicolores si vous pouvez

    J'ai oublié le basilic sur la photo, quelle quiche ...

  • une grenade
  • une poignée de pignons sécurisés (voir plus bas)
  • huile d’olive
  • quelques feuilles de basilic
  • un yaourt grec*
  • une pincée de pistil de safran
  • un demi citron
  • une gousse d’ail
  • sel, poivre

Avant de commencer vous irez donc acheter vos pignons, et là, gaffe au pignon maudit.

En effet, il se dit dans les milieux autorisés, qu’une certaine espèce de pignon importé de Chine ou du Pakistan peut vous mettre les papilles en vrac et vous laisser un goût amer en bouche pendant plusieurs jours.

Promis c’est pas du pipeau, c’est arrivée à ma sœur, mais aussi à Guillaume Long du blog BD "A boire et à manger" (allez lire ici sa planche à propos de sa mésaventure ça vaut le détour).

Et zou au four !

Bref, je ne suis pas en train de vous dire que TOUS les pignons chinois et pakistanais sont empoisonnés, mais je vous recommande de vous méfier, surtout s’ils sont d’un gros calibre au lieu d’être petits et mignons comme nos pignons méditerranéens – car il semble que les pignons maudits soient du genre hypertrophiés.

Voila, vous êtes prévenus, si vous les croisez, offrez leur 300 € pour rentrer chez eux, et maintenant retour à nos aubergines.

Vous découperez les belles en tranches de 1 à 2 cm. Vous les étalerez sur une plaque de cuisson, et vous les badigeonnerez sur leurs deux faces avec une bonne huile d’olive. Sel, poivre, four 200 ° pendant 20 à 30mn en les retournant régulièrement. Elles doivent être cuites à cœur et commencer à dorer.

Pendant ce temps faites infuser une pincée de safran dans trois cuillères à soupe d’eau très chaude – et n’y allez pas trop fort avec le safran !

Après 5 mn, ajoutez le yaourt grec, la gousse d’ail écrasée, une cuillère à soupe de jus de citron, trois cuillères à soupe d’huile d’olive, du sel et du poivre.

Faites griller vos pignons, égrener une moitié de grenade (si vous ne vous souvenez plus comment faire ça fastoche, allez voir ici).

Disposez vos aubergines sur un plat, recouvrez d’une poignée de pignons, des graines de grenades et de basilic ciselé. Servez avec la sauce au safran.

* Pour mes lecteurs les plus fidèles qui se rappellent mes réflexions existentielles à propos des yaourts grecs, mes chéris chouchous, rassurez vous, ce coup-ci vous pouvez prendre celui du supermarché.

Une réflexion sur “Aubergines confites, grenade et crème de safran – et la malédiction du pignon pakistanais.

Moi aussi j'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s